Mamie une histoire !

ET SI LA MACHINE MANGEAIT LES CHAUSSETTES ?

 

- Jean Mi c'est pas possible les chaussettes avec toi ! Encore trois orphelines !

Papa les yeux fixés sur son écran d'ordinateur grogne :

- Ben je sais pas moi..

Le rangement du linge et papa…

Maman finit de plier les derniers tee shirts et elle « ralouille » encore :

- C'est tout de même simple les chaussettes, ça marche par 2 alors avant de les mettre au sale on vérifie qu'il y a la paire.

Oh ! la la quelle histoire est-ce que j'accuse tout le monde moi ?

J'ai une seule chaussette Spiderman et une seule Superman, la  solution c'est de les mettre ensemble, VOILA !

D'accord, l'autre jour à l'entraînement de rugby Henri a bien rigolé quand il s'en est aperçu.

C'était un peu la honte !!

Maman prépare le dîner sans un mot mais je vois bien qu'elle n'est pas contente.

Après le repas elle charge la machine à laver qui va tourner pendant la nuit et elle ne peut pas s'empêcher de «  remettre ça sur le tapis », les adultes sont parfois bien pénibles !

- Parfois je me demande si ce n'est pas la machine qui mange les chaussettes…Bon les enfants au lit et on se lave les dents avant.

En me lavant les dents je pense à la dernière phrase de maman, et si la machine à laver mangeait vraiment les chaussettes ?

 

23H Je me réveille en sursaut, la maison est endormie j'entends juste le ronronnement de la machine à laver qui s'est déclenchée  pendant  les «  heures creuses » : une histoire d'économie que m'a expliquée maman 

ET SI LA MACHINE MANGEAIT LES CHAUSSETTES ?

 

Je descends à pas de loup sans allumer les lumières, je ne veux pas que l'on m'entende. La cuisine est un peu éclairée par le réverbère de la rue, je ferme la porte puis j'allume la lumière.

 La machine à laver est là avec son gros hublot rond qui me regarde. Je vois la mousse danser je reconnais des vêtements qui se collent quelques secondes à la vitre avant de disparaître : Tout est normal bien sûr, quelle drôle d'idée !!!! Je vais boire un verre d'eau et remonter me coucher.

Mais tout à coup devant le hublot je vois passer une balle de tennis  rouge ! Impossible, personne ne joue au tennis à la maison les seules balles que nous utilisons, c'est pour faire jouer Orgeat le chien de mon tonton, et elle sont jaunes !

Là je m'assieds carrément par terre devant le hublot .

C'est quoi ce délire? 

Mes yeux se ferment de sommeil mais tout à coup je vois passer à nouveau la balle rouge : Elle a des yeux ronds et une monstrueuse bouche aux dents blanches, de laquelle sort une de mes chaussettes Simpson toute neuve.

Je me pince pour m'assurer que je ne rêve pas. Elle disparaît mais voilà qu'arrive une autre balle, verte cette fois, elle fait des grimaces horribles en mangeant le dernier morceau de la chaussette bleue et rouge de papa. Maman sera furieuse ce sont les chaussettes qui vont avec la cravate que maman a achetée pour la St Valentin.

Je n'ai plus sommeil du tout, je suis fasciné par le spectacle du hublot. Les « monstres balles » passent plusieurs fois devant moi. La balle rouge qui s'aperçoit de ma présence me fait un joyeux clin d'œil ma chaussette Simpson est presque entièrement mangée maintenant.

La balle verte se met-elle aussi à danser devant le hublot elle a totalement mangé la chaussette de papa elle est juste un peu plus joufflue et d'un vert plus vif, elle me regarde joyeusement me fait plusieurs clin d'œil et un grand sourire. Oh ! Ses dents sont monstrueuses !

Je suis sidéré, je lui fais un petit signe ...

La machine fait un gargouillis, l'évacuation de l'eau savonneuse commence. Les deux monstres ont disparu. Je reste devant le hublot pendant les rinçages, mais plus rien !

Je remonte dans ma chambre, je n'arrive pas à y croire !

Pourtant je suis épuisé et je m'endors immédiatement. Au réveil je me demande si j'ai rêvé, mais non, je ne crois pas...

A l'école j'ai très envie de parler de tout ça à mon copain Henri mais il va encore me dire :

- Mais t'es ouf toi !

La maîtresse me dit plusieurs fois :

- Reste avec nous Robin !

Après la récré de l'après midi  ça tourne mal :

- Peut-on savoir où tu es Robin ? sans réfléchir je réponds :

- Dans la machine à laver..

Toute la classe éclate de rire sauf la maîtresse qui croit que je me moque d'elle.

- Très bien nous ferons de l'humour ensemble demain pendant  la récréation Monsieur Robin.

Je suis complètement découragé cette histoire de chaussettes ne m'attire que des ennuis.

Le soir quand je vois maman se diriger vers le sèche linge je cours m'enfermer dans ma chambre et je me mets à réciter la table de 7 à voix haute.

C'est sûr voilà le drame !

Quand je descends pour le dîner je vois bien que maman a sa tête des mauvais jours et sur la table du salon à côté des tas de vêtements pliés je vois ma chaussette Simpson et la chaussette St Valentin de papa, orphelines toutes les deux.

JE N'AI PAS REVE!!!

 Agathe a de la chance les « boules ravageuses »ne doivent pas bien digérer les chaussettes Barbie et peut être que le rose leur donne des boutons, en tout cas ses paires sont bien alignées et toutes complètes.

Papa a l'air tellement malheureux que je commence à expliquer :

- Tu sais maman les chaussettes …

Et là maman explose :

- Stop ! Vos chaussettes je ne veux plus en entendre parler pour ce soir, bonne nuit ! Et elle nous laisse avec nos tas à ranger.

Cette nuit  la machine est au chômage technique.

Je tourne et retourne dans mon lit, mes rêves sont peuplés de monstres aux dents pointues qui mangent uniquement les chaussettes de garçons.

 

Au réveil ça y est je pense avoir trouvé la solution.

La nuit a calmé les esprits tout le monde est de bonne humeur au petit déjeuner.

Pour aller à l'école je mets des chaussettes dépareillées : une Spider  et une Simpson : je n'aurai pas «  la honte » il n'y a pas sport .

A la récré la maîtresse me garde en classe, elle n'a pas oublié , mais elle me demande :

-Dis Robin c'est quoi cette histoire de machine à laver ?

-Euh ! Je me demandais si j'avais appuyé sur le bouton de la machine à laver comme ma maman me l'avait demandé et j'ai pensé tout haut.

-Bon allez va jouer.

J'aime bien ma maîtresse mais je ne peux rien lui expliquer ! Elle ne peut pas comprendre!

Le soir quand maman charge la machine je lui propose de l'aider.

- Maman tu te souviens pour ma classe de découverte, je devais avoir un sac à linge et mamie m'avait donné un filet avec une fermeture éclair, alors j'ai une idée je veux bien y mettre les chaussettes, je vérifierai qu'il y a  la paire et on sera sûr de ne plus les perdre .

- Oh ! Dis donc Robin bravo ! Mais c'est une vraie idée de fille ça !

Merci pour le compliment mais se faire traiter de fille !

J'aide maman à trier le linge : Couleurs d'un côté, blanc de l'autre maman m'a expliqué, mais surtout je mets les chaussettes de papa et les miennes dans le filet que je ferme avec la fermeture éclair. Maman vérifie :

- Dis donc mes chaussettes de step et celles de ta sœur elles n'ont pas le droit d'être avec les vôtres ?

- Ben justement …mais je ne peux pas expliquer que les « boules ravageuses » n'aiment que les chaussettes de garçon aussi je mets toutes les chaussettes dans le filet.

 

Je suis impatient de voir si mon plan va réussir.

Le soir, je lis jusqu'à 23h dans mon lit ce n'est pas grave c'est le week end donc pas d'école demain.

J'entends enfin le ronronnement de la machine à laver ! Je saute du lit, descends sans bruit et je m'enferme dans la cuisine, puis je m'assieds devant le hublot. La mousse, les vêtements qui tournent, rien d'anormal, je vois même passer le filet de chaussettes mais pas de balles ravageuses.

Mais bien sûr j'ai rêvé !

Je me lève pour rejoindre mon lit mais voici « boule ravageuse rouge » qui se colle au hublot, elle fait peine à voir, elle est toute dégonflée ses yeux sont tristes et sa bouche est tordue de douleur. « Balle ravageuse verte» arrive à son tour elle aussi est toute « flagada » mais elle roule des yeux furieux et elle secoue le filet de chaussettes entre ses dents. Oh! Il ne va pas résister longtemps !

Je suis brusquement découragé, le filet sera déchiré et…

Je monte me coucher.

 

Samedi matin après le petit déjeuner, ménage pour tout le monde. Agathe range sa chambre, maman nettoie la cuisine, papa passe l'aspirateur. Je propose de vider la machine à laver et de mettre le linge au sèche linge.

- Robin tu deviens un spécialiste de l'entretien du linge, une vraie fée du logis se moque gentiment maman.

J'ai le cœur qui bat quand j'empoigne le filet à chaussettes, il est un peu déchiré mais apparemment toutes les chaussettes sont là. Je les mets par paire, pas une ne manque à l'appel.

Bon d'accord maman ne comprends pas pourquoi je me mets à chanter à tue tête

-Super ! Super !

Quand dans l'après midi elle range le linge sec elle est ravie :

-Ton idée est excellente toutes les chaussettes sont là et on peut facilement les retrouver, par contre n'oublie pas de vider tes poches la prochaine fois : la balle d'Orgeat ce n'était pas utile de la laver surtout que maintenant elle est toute déformée .

 

Et elle me tend une pauvre balle de tennis toute crevée qui avait du être rouge dans une autre vie, et moi je sais dans quelle vie…

Je suis à la fois content et triste : Plus de guerre des chaussettes à la maison, mais la mort du « petit monstre » me peine, elle est morte de faim par ma faute. Aucune trace de la balle verte …

Ca y est désormais le pli est pris, les chaussettes sont lavées dans le filet plus une seule ne disparaît. Ce qui est moins drôle c'est que désormais je suis le responsable de la machine à laver.

-Tu le fais tellement bien on voit que ça t'intéresse. Précise maman mi-sérieuse.

 

Souvent le soir dans mon lit je me demande où est passée la gloutonne balle verte elle s'est enfuie dans les canalisations, probablement, j'espère juste qu'elle n'est pas morte de faim.

 

Eh ! Vous ne savez pas !!!

Mardi dernier, au vestiaire, avant l'entraînement de rugby, alors qu'on se mettait en tenue, je vois Tom avec deux chaussettes différentes .

-Tom, tu lances une nouvelle mode, une rouge une bleue ! Et je lui désigne ses chaussettes.

- Oh ! arrête ma mère est furibarde elle dit que je perds toutes mes chaussettes, j'en ai au moins dix toutes seules, je n'y comprend rien !

-T'inquiète chez moi aussi la machine mangeait les chaussettes !

Tom me jette d'abord un regard inquiet :

- Ah ! Vouai très drôle !

Je suis super content « balle ravageuse verte » pourrait bien avoir trouvé une nouvelle maison ! Alors bouche cousue et que Tom ne compte pas sur moi pour lui dire comment s'en débarrasser !

 



27/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres