Mamie une histoire !

Le cartable d'Agathe s'est suicidé!

<
Découvrez la playlist bandas avec La Citadelle En Folie
DIV style="FONT: 9px Arial" id=dz_ref>

 

   Le cartable d'Agathe s'est suicidé !
 

C'est Comette qui a raconté l'histoire, mais elle la tenait de Truffe qui a vécu le drame en direct.

Truffe la petite chatte noire de la maison adore faire la sieste sur la chauffeuse dans la chambre d'Agathe : c'est confortable et en plus elle aime bien les couleurs de fille comme le rose ou le mauve.

Ce qu'elle aime le moins c'est quand Agathe laisse traîner ses affaires : les ciseaux, le compas, les stylos, quand on se couche dessus c'est assez inconfortable voyez-vous.

Aïe !! Les courbatures !

Maman demande depuis en bas :

-Tu as rangé ta chambre Agathe ?

-Oui maman !

Agathe n'est pas menteuse, non ! Agathe ne voit pas son désordre.

Hélas maman, elle, le voit !

Voici donc ce que Truffe a raconté :

"L'autre jour j'avais enfin trouvé ma place sur la chauffeuse, entre les chaussettes sales, le tube de colle et le livre préféré d'Agathe : les poneys toujours les poneys !

On était samedi après midi, Robin, Agathe et les parents étaient partis en balade avec toi Comette.

Truffe ajoute moqueuse:

-Vous savez,  je vous ai déjà parlé de Comette, je l'ai longtemps appelé « la petite purge » c'est un épagneul breton, maintenant on a fait la paix, euh ! enfin presque…

-Dis donc Truffe tu veux que je dise aussi que je t'appelais « la prétentieuse » ?

-Ne m'interromps pas Comette s'il te plait, c'est sérieux !

J'étais donc étendue au soleil, quand j'ai entendu des gémissements et des sanglots.

-Qui pleure ainsi, laissez-moi me reposer, j'ai eu une nuit difficile, j'ai oublié de rentrer avant la fermeture des volets et j'ai passé toute la nuit sur le rebord de la fenêtre, il pleuvait et il soufflait un vent glacial ,

 alors vous parlez d'une nuit !

-Excuse-moi Truffe, mais j'ai vraiment trop de chagrin.

-Qui me parle ? C'est toi Lapinette, je vois que tu traînes encore sous le lit ?

-Oh ! Non tu sais moi j'ai l'habitude d'être malmenée, soupire Lapinette,les oreilles en tire bouchon, les pattes croisées, en boule sous le lit, c'est fréquent !

-Non c'est moi le cartable d'Agathe, j'ai vraiment

 trop de chagrin, ma vie est un enfer !

-Oui je sais, j'ai remarqué, tu n'es jamais rangé, tu n'es jamais correctement fermé, mais ça tu as l'habitude je pense, tu ne te plains jamais, c'est même la première fois qu'on entend le son de ta voix.

-C'est vrai Agathe ne prend pas soin de moi, ici je m'en accommode mais à l'école, c'est insupportable:  hier les chaussures boueuses m'ont sali et blessé. Dylan a même joué au foot en me prenant comme ballon.

-C'est vrai on dirait que tu as servi à transporter des pommes de terre !

-Oh ! Ne te moque pas Truffe, je suis si malheureux, si humilié !

-Veux-tu que je vienne te faire un câlin ?

-Oui si tu veux.

 

Je suis donc venue me coucher en rond contre lui et pour l'apaiser j'ai même ronronné. Il a poursuivi :

-Quand Agathe m'a choisi dans le magasin elle avait les yeux brillants de bonheur, elle a promis de bien prendre soin de moi. J'ai bien compris ensuite qu'elle avait beaucoup maltraité son précédent sac d'école, d'ailleurs depuis je l'ai aperçu au fond du garage il est déchiré et on y stocke tes croquettes  Comette. Mais elle avait assuré :

-C'est de l'histoire ancienne, en CE2 maintenant je suis responsable.

Les premiers jours elle m'a bien refermé et soigneusement accroché à coté du sac à dos  de Perle .Tu sais c'est un joli sac à pois et Perle en prend grand soin. A ce moment là il me trouvait à son goût et me faisait même les yeux doux.

Hélas petit à petit les choses ont bien changé, Agathe a repris ses mauvaises habitudes semble-t-il : elle oublie régulièrement de me suspendre, aussi je traîne dans tous les coins de la classe et on me piétine toute la journée. Mais le pire s'est produit vendredi, enfin hier. Dylan qui avait une « embrouille » avec Agathe s'est vengé sur moi, je te l'ai dit, il a shooté comme si j'étais un ballon, en plus il avait joué dans la boue à la récré, alors je te laisse imaginer le résultat…

J'étais endolori, maculé de boue mais le comble c'est quand j'ai entendu ces ricanements et ces mots méchants :

-Dis donc ton amoureux s'est transformé en paillasson semble-t-il ?

-Mon amoureux ? Certainement pas, je n'aime que les cartables impeccables un peu comme toi tu vois !

Et là, j'ai vu le sac de Perle se rapprocher du sac à roulettes Spiderman de Dylan, ils m'ont tous deux jeté un regard méprisant, puis ils se sont retournés pour continuer leurs messes basses.

              

J'ai passé tout l'après midi au pied des porte-manteaux on m'a tellement trépigné qu'une fermeture a été cassée, mais je ne voyais rien, je ne sentais pas la douleur physique, j'étais juste un sac de chagrin.

Agathe ne s'est souciée de moi qu'à 16h30 au moment de ranger ses affaires.

Quand elle s'est aperçue de mon état, elle s'est mise à pleurer, je pense qu'elle  craignaitsurtout la  réaction de maman Karine…

Elle a demandé l'éponge du tableau à la maîtresse puis elle a essayé d'enlever la boue : 

Une catastrophe !

La boue a juste été étalée et mélangée à la poudre de craie. 

C'est simple j'avais changé de couleur…

-Faites attention le cartable d'Agathe a mis sa tenue de camouflage, il va peut être nous déclarer la guerre !

Les moqueries ont fusé de tous les coins de la classe, chaque cartable y est allé de sa phrase blessante :

- Mais non il va s'installer à la campagne pour la cueillette des carottes et des poireaux il a adopté le look limace et ver de terre !

- Pas du tout, il déteste les enfants et préfère désormais transporter du fumier !

- C'est vrai je me disais bien que sa couleur me rappelait quelque chose…

Personne ne m'a défendu, je n'ai rien dit, j'ai essayé de ne pas entendre, mais en vain…

Quand la maîtresse a fait sortir les enfants, mon cauchemar a enfin pris fin, le sac de Perle a cependant lancé sa dernière méchanceté :

-Sois rassuré dans la poubelle où tu vas finir ta vie, tu seras le plus beau !

 

Agathe m'a caché sous son manteau, Papydujardin, qui attendait devant l'école ne devait surtout pas me voir !

A peine arrivée à la maison elle m'a monté dans la chambre, elle était un peu inquiète, puis elle m'a caché derrière le bureau, mais tu connais Agathe elle est vite passée à autre chose et je traîne à nouveau sur le plancher.

Enfin il a conclu :

- Tu sais, une chose est sûre, je ne retournerai pas en classe, ils m'ont trop humilié, je suis trop malheureux, je ne veux plus jamais les voir.

J'avais trop sommeil, j'ai posé mes pattes toutes douces sur sa poignée et j'ai ronronné plus fort :

-Ne t'inquiète pas tout va s'arranger, faisons une sieste.

Puis illico je me suis endormie .


 

Des éclats de voix, tes aboiements Comète, c'est le retour de la famille. Ma sieste est terminée,  je déteste les réveils en fanfare !

Ah ! Non ! On ne respecte pas mon repos dans cette maison!

J'étire mes pattes endolories, j'ouvre un œil, c'est vrai,  je suis sur le plancher, tout me revient d'un seul coup : le cartable d'Agathe….

J'interroge :

-Tu vas mieux, ton chagrin s'est un peu atténué ?

Pas de réponse, je tâtonne avec mes pattes avant, sans réellement ouvrir les yeux, je m'accorde encore quelques instants avant de m'éveiller tout à fait, mais  aucune présence à mes côtés.

J'entends la voix sévère de maman Karine :

- Agathe que fait ton cartable explosé au pied de l'escalier ? Mais que s'est-il passé il est dégoutant !

Je me lève d'un bond, dans ma poitrine mon cœur fait « badaboum », et je t'assure que seule l'inquiétude peut me dispenser de mes étirements habituels !

En mettant ma tête  entre les barreaux de la rambarde, j'ai une vue plongeante sur l'entrée. Effectivement,  le cartable ouvert git sur le carrelage,  une large tache rouge s'étale sur la boue et la craie. Tous les livres, cahiers, crayons sont répandus sur le sol.

Je ne peux retenir un miaulement de détresse, je me suis endormie, si j'avais su…

Je comprends immédiatement :

LE CARTABLE D'AGATHE S'EST SUICIDE !

Désespéré, il a enjambé la barrière.

Papa et maman interrogent Agathe, ils sont très mécontents : pourquoi le cartable est-il dans cet état ?

En pleurant  très fort elle raconte :

-Y en a qui ont piétiné mon cartable…

 Vous avez remarqué c'est toujours les « yenaqui » qui font les plus grosses bêtises!

Puis elle dit tout : Dylan …la boue …l'éponge.

- Mais pourquoi as-tu jeté ton cartable dans l'entrée ? S'exaspère papa.

- C'est pas moi papa je t'assure, je l'avais même un peu caché dans ma chambre. Et là tu te souviens, elle te jette un coup d'œil en biais Comète…

Toi , la queue entre les jambes, les oreilles basses tu ne comprends rien mais tu fais un repli stratégique sous la table du salon, une intuition…Tu sens que l'affaire prend une mauvaise tournure pour toi. Bon il est vrai que tu as un lourd passé, autrefois tu as un peu joué avec les chaussures, déchiré quelques coussins, volé les éponges...

- Bon bon oui ça va! Mais ça ne m'amuse plus, depuis j'ai grandi !

Et puis enfin les parents ! Tu étais AVEC EUX en promenade !

Papa gronde :

-Comète qu'est ce  que tu as fait ?

Tu protestes, tu jappes, je miaule énergiquement c'est trop injuste !

Je suis mise dehors pour un pipi urgent, enfin, c'est ce qu'ils croient !

Toi Comète tu es punie au garage.

 Décidément les humains ne comprennent vraiment rien !

Je tiens à connaitre la suite, aussi je miaule furieusement sur le rebord de la fenêtre de la cuisine. Robin me fait rentrer en douce. Agathe pleure toujours mais le plus gros de l'orage est passé. Elle  a ramassé le cartable, rangé les affaires, jeté la cartouche  rouge, responsable de la blessure et épongé le plus gros de l'encre.

Le blessé attend maintenant  sur l'évier…

Tout le monde se réunit autour de la table, ça sent le conseil de famille.

Je vais vous expliquer comment ça se passe: chacun a le droit de dire ce qu'il a sur le cœur. En fait j'ai remarqué qu'au final ce sont toujours les enfants qui sont grondés !

Nous les animaux nous ne sommes jamais invités à ces séances pourtant nous aurions beaucoup à dire!

Il est vrai qu'entre nous la communication n'est pas des plus facile!

Je saute donc sur l'évier pour faire un gros câlin à "cartable cascadeur",je le rassure:

- Bon tout va rentrer dans l'ordre tu vas voir on va te remettre à neuf.

J'en ai assez, je n'attends pas sa réponse et je cours m'installer sur la chauffeuse au soleil. Je dors longtemps, longtemps. Toutes ces émotions m'ont épuisée.

Quand je me réveille, le lendemain matin j'aperçois un nouveau cartable sur le bureau d'Agathe. Il a la même forme que l'ancien mais il est d'un beau bleu marine profond, sur le devant on peut lire AGATHE écrit avec de jolies pierres, scintillantes comme des diamants. Furieuse, je saute sur mes pattes, une nouvelle fois sans prendre le temps de m'étirer!

Ce n'est pas bon pour ma santé toutes ces imprudences!

- Eh! Dis donc qu'est-ce que tu fais là toi?

- Du calme Truffe tu ne me reconnais pas? C'est moi, maman Karine m'a lavé elle m'a même teint, tu sais avec de la teinture...

- Oui je comprends, je ne suis pas idiote, et après?

- Je suis allé au sèche linge, là j'ai eu très chaud, ensuite Agathe et sa maman ont fait un petit atelier bricolage avec des perles collées. Et voilà, comment tu me trouves?

Je suis stupéfaite !

-Magnifique, méconnaissable !

- Agathe a promis de prendre soin de moi, d'ailleurs maman Karine va vérifier tous les soirs, et tu la connais...

-Je suis très contente pour toi. Ah! La tête des autres lundi !

- Oui je te raconterai, ce qui m'ennuie c'est Comète, on l'a accusée injustement.

J'interromps mon récit.

-Voilà Comète je t'ai tout raconté, tu comprends  maintenant.

- Oui effectivement, ne t'inquiète pas pour moi, j'ai été punie mais j'avais mon os à terminer au garage, en tout cas Agathe est beaucoup plus soigneuse depuis, ça fait plaisir.

Les semaines ont passé…

Je suis très contente de savoir "cartable d'Agathe" heureux, mais parfois je regrette le temps où il était dépressif, au moins il ne m'empêchait pas de dormir en chantonnant sans arrêt ou en  racontant les histoires de ses" amoureuses."

 

 

Vous avez lu mon histoire? OUI? alors MERCI!!

Vous l'avez aimée?

Vous ne l'avez pas lue entièrement?

Vous ne l'avez pas aimée, ou vous avez des réserves,des critiques?

Alors juste une petite minute pour me faire part de vos réflexions bonnes ou moins bonnes...

MERCI

 


15/01/2009
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres