Mamie une histoire !

TAGADA CHERCHE UN AMOUREUX

      Chapitre 1

 

C'était la plus charmante des petites chèvres, sa robe soyeuse était blanche tachetée de noir, elle avait des yeux malicieux, mais elle était surtout très fière de sa barbichette blanche, qui il est vrai était du plus bel effet !

Et bien voilà vous connaissez Tagada .

Vous savez que l'on dit : «  capricieuse comme une chèvre »? Et il est vrai que Tagada était capricieuse. Ses repas elle les choisissait avec un soin tout particulier. Un jour elle déclarait n'aimer que les jeunes pousses d'arbustes, mais quand on lui indiquait une haie aux tiges tendres, elle avait déjà changé d'avis et ne voulait plus manger que des fraises des bois ou…

 

Un jour  elle avait été malade d'avoir mangé trop de fraises et le vétérinaire qui l'avait soignée l'avait baptisée Tagada, vous comprenez pourquoi ? Ce nom lui était resté.

 

Elle gambadait librement dans la campagne, même si sa maman inquiète : lui répétait sans arrêt :

- Je t'en supplie ma fille sois très très prudente, tu sais ton arrière-grand-mère a voulu partir explorer la montagne et le loup l'a mangée !

-Oh ! Maman toujours cette vieille histoire, on ne pourrait pas l'oublier ?

-Non ma fille souviens-toi toute ta vie de « La chèvre de Monsieur Seguin »

Eh bien ! Nous y voilà, la fameuse chèvre de Monsieur Seguin ! Vous connaissez tous son histoire, mais vous ne savez probablement pas qu'elle avait eu une chevrette juste quelques semaines auparavant.

 Bon M Alphonse Daudet ne le dit pas, parce que l'histoire est suffisamment triste comme ça !

En tout cas soyez rassurés, la petite chèvre orpheline a été choyée par les fermiers et tous les autres animaux, elle a vécu heureuse a eu plusieurs portées de petits chevreaux et Tagada est sa petite fille, enfin,je ne sais pas si l'on dit « petite fille » quand il s'agit d'une chèvre !!

 

Tagada, comme toutes les petites chèvres de son âge rêvait au « prince charmant » et, comme elle était très jolie, elle avait beaucoup de prétendants.

D'abord tous les jeunes boucs du canton, venaient lui conter fleurette, c'est à dire qu'ils lui apportaient des brassées de fleurs. Qu'elle s'empressait de…manger !

En fait : elle trouvait qu'ils ne sentaient pas très bon, et comme son nez était très délicat…

Il y a quelques semaines elle avait vu passer un bel étalon noir, racé, magnifique. Son cœur avait bondi. Deux jours plus tard, quand elle l'avait entendu arriver, elle s'était placée sur son chemin, mais il ne lui avait pas jeté le moindre regard d'ailleurs il était accompagné d'une belle jument pommelée.

Quand trouverait-elle un amoureux ?

 

Pour se changer les idées elle était allée rendre visite aux « trois petits cochons » qui vivent au château. Eux aussi ont un ancêtre illustre mais bien sûr vous le savez leur histoire est aussi célèbre que «  La chèvre de M Seguin » !

Le sujet du jour c'était le pique nique de la Saint Jean que l'on organisait tous les ans dans la clairière : On allait bien s'amuser !

Cette année encore les 3 petits cochons ne viendraient pas, leurs parents ne les laissaient jamais franchir l'enceinte de leur propriété, toujours la vieille peur du loup !

Tagada elle préparait ce grand jour, secrètement elle espérait bien trouver ENFIN un amoureux.

 

Le matin elle était allée se baigner dans la fontaine la plus claire du village, elle avait longuement coiffé sa barbichette et surtout,  elle avait frotté tout son corps avec des feuilles de menthe, elle sentait divinement bon !

La clairière était magnifique ! Elle était décorée de brassées de fleurs odorantes et de guirlandes de pâquerettes tendues entre les arbres. Tous les ans, les moineaux merles pinsons et autres petits oiseaux se chargeaient de leur confection et de l'installation.

Le buffet regorgeait de fruits, graines pousses et salades diverses de quoi régaler les plus fins gourmets !

Les chiens seuls invités carnivores, ne mangeaient ce jour là que des galettes confectionnées par Mme Snaf la maman des 3 petits cochons du château, une cuisinière exceptionnelle !

Tout était fin, prêt, l'orchestre était là, on allait danser !

 Tôt le matin toutes les routes et chemins du canton étaient encombrés de colonnes d'animaux et de vieilles charrettes dépoussiérées et décorées pour l'occasion. Les bœufs, les ânes, et les chevaux reprenaient ce jour là le métier de leurs ancêtres assurant le ramassage des animaux les plus jeunes ou les plus impotents, puisque traditionnellement on adoptait pour une journée  les moyens de locomotion du siècle passé.

Au passage c'était aussi la fête de l'amitié et de la solidarité.

Quand Tagada arriva vers 12h15 la fête était déjà bien commencée.

Notre coquette, aimait faire une entrée remarquée !

Tous les jeunes boucs se précipitèrent pour l'accueillir. Ils avaient fait une toilette soignée pour l'occasion, mais décidément : un bouc reste un bouc pensa-t-elle en plissant son joli museau !

 

         Chapitre 2 

Alors que le maire achevait son discours, un grand chien noir se présenta à l'entrée de la clairière Il portait une tenue de motard et était vêtu de cuir «  de patte en cap » il avait fière allure !

Bottes noires, blouson noir, pantalon noir, lunettes noires, quand il enleva son casque de moto il le remplaça par un grand chapeau , noir également. Personne ne le connaissait, un murmure circula dans toute la clairière:

-Vous le connaissez ? Qui est-ce ? Un voyageur égaré ?

Puis chacun se détourna et l'oublia, le buffet était ouvert, on avait faim.

Tagada elle ne mangeait pas, ne bougeait plus, elle restait figée et ne voyait que lui, le bel inconnu.

Quand lentement il enleva ses lunettes elle vit que ses yeux brillaient d'une flamme étonnante. Il avait lui aussi repéré notre belle , il traversa la foule et se dirigea droit sur elle :

-Black Jo pour vous servir belle chevrette, votre réputation m'a conduit jusqu'ici et il est vrai que vous êtes la plus belle et la plus gracieuse. Accepterez-vous de danser avec moi ?

 

Tagada sentait que ses pattes flageolaient, mais quand elle se retrouva dans ses bras, elle devint légère comme une plume.

Son amoureux c'était lui et aucun autre, c'était sûr, elle l'avait trouvé !

Elle ne dansa qu'avec lui et ne mangea que quelques fraises pour avoir une haleine parfumée.

A plusieurs reprises Clico passa près d'elle et lui murmura :

-Fais attention, viens je vais t'expliquer !

Clico le chien bâtard jaune avec une tache noire sur l'œil droit était son ami, ils étaient nés le même jour et étaient inséparables depuis la maternelle , il lui arrivait même souvent de se transformer en ange gardien quand par imprudence elle se  mettait en danger.

Mais là Tagada ne l'entendait même pas, perdue dans les yeux de braise de son amoureux.

La nuit était tombée, bientôt on tirerait le feu d'artifice. Black Jack lui proposa de s'installer un peu à l'écart sous un gros chêne particulièrement bien placé. Bien sûr elle accepta il allait certainement la demander en mariage au clair de lune, elle en avait rêvé !

Ils s'éloignèrent donc tous deux et s'enfoncèrent dans la nuit. Qu'importe si Clico faisait de grands signes…

Quand la première fusée explosa dans le ciel à grand bruit il sauta sur Tagada pour l'embrasser pensez-vous ?

Eh bien non ! Pour la DEVORER !!!

 

Au moment où il allait planter ses crocs pointus dans le cou tendre de la chevrette, Clico et le bouc Tsoin Tsoin se ruèrent sur le féroce animal :

-Sauve-toi Tagada c'est un loup !

Tagada terrorisée les pattes chancelantes ne pouvait plus bouger. Quand à Black Jack il détala promptement poursuivi par Clico et Tsoin Tsoin. La moto démarra et il disparut dans la nuit. Clico ne rapporta dans sa gueule que le chapeau, oublié dans la précipitation.

Les jours qui suivirent, Tagada ne quitta pas la maison.Son aventure avait fait les gros titres des journaux et elle était tellement honteuse ! Sa maman lui avait fait la morale et avait menacé de l'envoyer en pension au château avec les trois petits cochons. Elle jura qu'elle ne jugerait plus personne sur sa belle apparence.

Quelques mois plus tard elle était devenue une chèvre sage et réfléchie.

Le bouc Tsoin Tsoin avait pris l'habitude de venir lui rendre visite tous les après midi, il l'avait beaucoup réconfortée.

Un jour elle s'étonna de le trouver tellement fort, tellement beau ! Ces yeux avaient des reflets brun vert et il y brillait tant d'étoiles !

Mais surtout il sentait tellement bon ! Normal, c'était un bouc !

 

Bien sûr vous l'aviez deviné il la demanda en mariage, elle sauta de joie et accepta sur-le-champ. Clico serait son témoin.

Désormais elle s'appela Tagada Tsoin Tsoin !!!!

Que rêver de mieux ?

C'était écrit me direz-vous !

Ah ! Oui vous voulez savoir ce qu'est devenu le loup ? Et bien on ne le sait pas, mais parfois dans les journaux on relate des agressions mystérieuses …

Alors jolies demoiselles soyez prudentes !


Découvrez Pierre Chêne!
PS: Je dois remercier Agathe, c'est elle qui a trouvé le nom de l'amoureux de Tagada et vous avouerez que Tsoin Tsoin c'est du meilleur goût!!!



15/06/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres