Mamie une histoire !

Une histoire de clochette...

 

Connaissez-vous cette délicate fleur blanche au parfum  si subtil ?
Je vous aide … c'est la plus originale, elle aime surtout les endroits discrets et avec ses fragiles clochettes elle ne ressemble à aucune autre fleur champêtre.
Vous avez trouvé ? Mais oui !
Bien entendu, cette fleur, c'est le MUGUET !
            
Quand arrive le 1er mai, petits et grands partent à sa recherche pour être sûrs d'avoir du bonheur.

Je me suis longtemps demandé : pourquoi ?
Un jour, un vieux sage à qui je faisais part de mon étonnement, m'a raconté cette histoire.
C'était au temps des bâtisseurs de cathédrales, ou plutôt non, enfin …je ne sais plus !    
Ce petit village, niché dans une vallée, était tellement pauvre que l'on n'avait pu y construire qu'une petite chapelle et non une église comme dans les autres riches villages du canton.
Qu'importe elle était bien jolie cette chapelle en pierre de taille ! Quand elle fut terminée, les villageois donnèrent leurs dernières économies pour commander une cloche en bronze : Parce qu'une chapelle sans cloche… 
La cloche fut donc fondue, livrée, baptisée.
Eh ! Oui ! On baptise les cloches!
Enfin, depuis le jour de Noël, elle tintait trois fois par jour pour avertir les villageois.
-Il est 7h, debout!
-Il est midi, rentrez vite pour le repas !
-Il est 19h quittez les champs.
Elle annonçait ainsi tous les évènements importants: naissance, mariages, décès, et aussi les fêtes du village. Sa vie était bien remplie, mais elle comptait les jours qui la séparaient de ce qui serait sans nul doute sa première vraie grande aventure.
Vous savez bien sûr, que les cloches partent toutes,  la semaine qui précède la fête de Pâques. Elles se rendent à Rome pour y être bénies. Ensuite sur le chemin du retour elles sèment des friandises pour les enfants. Au matin de Pâques, c'est la joyeuse traque dans les jardins. Notre clochette attendait donc impatiemment ce moment tout en le redoutant un peu.
 
Saurait-elle voler ? Aurait-elle suffisamment de résistance pour accomplir ce grand voyage?
Saurait-elle bien distribuer les friandises ?
La semaine avant le départ elle avait senti pousser les petites ailes, qui lui permettraient le moment venu de s'envoler. Elle connaissait tous les détails de cette évolution. Depuis qu'elle avait  pris son  service de carillonnage elle jacassait tous les jours avec les autres cloches de la région. Chacune avait un son différent  mais elles parlaient toutes le langage « cloche » et en « tintinnabulant » gaiement elles colportaient les dernières nouvelles, ou se prodiguaient des conseils.
Car c'est sûr personne n'est plus bavard qu'une cloche !
Le gros bourdon de la cathédrale du chef lieu du canton était le doyen, le plus sage; il faisait le voyage à Rome depuis plus d'un siècle, aussi c'était lui qui expliquait minutieusement toutes les étapes aux nouvelles arrivantes.
Le jour du départ était enfin arrivé, les ailes sagement repliées elle attendait l'heure, elle avait sonné l'angélus de 19h et avait entendu toutes les cloches du secteur donner les dernières consignes et les rendez- vous pour le départ.
-Sois prête nous passerons demain vers 7h.
 
A sa grande surprise l'envol avait été aisé. Ensuite le voyage s'était déroulé sans problème, mais oui, ses petites ailes vigoureuses l'avaient conduite à Rome !
La cérémonie de bénédiction avait été somptueuse et intimidante.
Après quelques heures de repos, on procédait déjà à la distribution des friandises. Chacune devait arrimer solidement le précieux chargement sous la jupe, dans un grand filet.
A nouveau le départ.
La fatigue se fait sentir, mais Clochette est bien encadrée au milieu de la formation des cloches du canton.
Le voyage touchera bientôt à sa fin ! Courage !Plusieurs cloches  ont déjà terminé leur périple, peu à peu elles se sont arrêtées dans leur village.
Enfin la petite chapelle est en vue, on lui a donné les derniers conseils pour la distribution des friandises :
-Descends assez bas et ne lâche les friandises que dans des endroits découverts, facilement accessibles par les enfants, évite surtout les buissons.
-Bonne chance Clochette ! On se donne des nouvelles au carillonnage de la fête de Pâques à 10H précises.
Clochette a donc commencé sa distribution, un peu tremblante et bien consciente de ses lourdes responsabilités : tous les enfants comptaient sur elle.
Le premier lâcher n'a pas été particulièrement précis beaucoup de bonbons ont atterri dans les taillis : il faut mieux viser. Justement Clochette survole maintenant le jardin de Dame Jane et ses trois enfants ne doivent pas risquer de se blesser en allant explorer les buissons.
Le mieux c'est de faire du rase motte, lui a conseillé une belle cloche dorée. Clochette pique donc droit sur le jardin, amorce un virage, mais au moment où elle ouvre le filet elle fait une embardée et heurte une grosse pierre de la rocaille. Quelques copeaux de métal volent en éclats, elle a éraflé sa jupe mais ouf ! Un moment déséquilibrée elle  parvient cependant  à remonter. Plus de peur que de mal !
C'est la fin de la distribution !
Premier voyage terminé ! Clochette est épuisée mais très fière, elle peut prétendre désormais au titre de « cloche confirmée » !
Tremblante, elle rejoint le clocher de sa chapelle, et elle s'autorise une sieste jusqu'au carillon de la grand messe de 10H .
Quelques jours plus tard, dans le jardin de Dame Jane, c'est la révolution : les pâquerettes, les boutons d'or, les fleurs de pissenlits, font un tapis coloré : le printemps est là, fidèle au rendez-vous du calendrier.
C'est une explosion de joie et de couleurs, alors pourquoi toutes les fleurs sont-elles si mécontentes ?
Près de la rocaille une nouvelle plante vient de pousser. Tout d'abord de drôles de tiges sont sorties de terre. La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre une inconnue était là.
Alors quand une semaine, plus tard apparaissent de délicates clochettes blanches, la colère est à son comble.
-Ne t'installe pas ici, passe ton chemin, dit Pâquerette en se bouchant le nez, ton parfum nous incommode !
-Tu n'es pas des nôtres, c'est sûr tu es une plante du diable, déclare Bouton d'or.
La jolie fleur ne répond pas, elle essaie de se dissimuler derrière ses feuilles, mais quand le chardon vient méchamment la griffer, s'en  est trop !
Elle doit partir, elle est en danger, la nuit suivante elle va donc se réfugier dans le bois voisin, sous les grands arbres qui eux l'accueillent gentiment.
Ce matin l'air est doux, Dame Jane décide de faire une promenade dans les bois. Au détour du chemin, une délicate odeur vient chatouiller ses narines, ce tapis de fleurs blanches à ses pieds mais quelles ravissantes clochettes !
Elle cueille un gros bouquet odorant.
Le soleil brille c'est le 1er mai !
A son retour elle installe le bouquet dans un vase devant sa fenêtre ouverte.
Sa voisine (qui ne lui parle plus depuis le jour où Monsieur le curé a déclaré que rien ne pouvait égaler SA tarte aux pommes) intriguée par le suave parfum lui fait un grand sourire en la saluant.
Un messager lui apporte des nouvelles rassurantes de sa sœur malade, quant à son mari il a pêché cinq gros poissons !
Attirés par le parfum des fleurs, tous les voisins leur rendent visite, ils s'extasient sur la délicatesse de ces clochettes inconnues, puis ils devisent gaiement!
Dame Jane donne à chacun un petit bouquet alors  une succession de bonnes surprises vient  ensoleiller leur journée !
L'un d'eux fait remarquer que ces petites clochettes rappellent Muguette, la cloche de la chapelle.
Et oui, vous vous souvenez qu'elle avait été baptisée notre clochette ! Et dans le bronze était gravé son nom : Muguette.
Unanimement on appelle donc « muguet » cette nouvelle fleur porte-bonheur.
La suite vous la connaissez…
Le 1er mai, le muguet porte-bonheur ! 
Mais peut être ne saviez-vous pas que tout cela était du à un….banal accident de la circulation …des cloches !!! 

 

Découvrez Cloches!


26/03/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres